Vous êtes ici : Fées des bébés » Éveil de bébé » Apprentissage du langage » Bébé apprend à parler

Bébé apprend à parler

Le langage se forme et se développe en fonction de conditions d’ambiance et de conditions d’apprentissage. L’ambiance est la profondeur des échanges qui se font non seulement par la parole, mais par l’affection, l’amour, la chaleur dans lesquels est élevé bébé. L’apprentissage est représenté surtout par la manière dont on lui parle et dont on lui explique, par la parole, les différentes actions et les différents comportements.

Comment apprendre à parler à un bébé ?

Prenons le cas d’un bébé auquel on n’aurait, par exemple, jamais dit « tu fais pipi » ou « il a fait pipi » ou « tu as envie de faire pipi », et qui ne l’aurait jamais entendu dire. Il n’inventerait pas le nom de cette fonction. Il ne le connaîtrait tout simplement pas. Bébé apprend les choses parce que vous les lui nommez. Et si vous souhaitait que son langage se développe, il est nécessaire que, vous et les personnes qui l’entourent, vous lui verbalisiez, comment on dit, c’est-à-dire que vous lui signifiez en clair, par la parole, ses divers actes et ses divers comportements.

bébé apprend à parler

Si bébé voit un objet et tend la main vers cet objet, et si vous le lui donnez seulement en vous contentant de lui dire « tiens », vous n’agissez pas du tout de la même manière sur la formation de son langage qu’en lui signifiant « veux-tu le hochet ? », « je vais te le donner », « veux-tu l’attraper ? », « tiens, tu attrapes le hochet ».

Quels sont les premiers mots de bébé ?

Vers 1 an, l’enfant sait dire trois ou quatre mots chargés de signification : papa, maman, tiens, tata, qu’il prononce plus ou moins bien, mais il comprend la signification du nom de beaucoup d’objets ou même d’actions que vous lui nommez et il sait prononcer des syllabes ou combinaisons de syllabes que nous ne sont pas capable d’interpréter mais qui, pour lui, ont du sens.

Souvent à partir de ce moment et pendant plusieurs semaines, il vous semble qu’il ne fait aucun progrès. Il ne dit pas de nouveaux mots et paraît ne plus progresser. En réalité, durant ces périodes, il mémorise, et sa compréhension progresse rapidement.

Parfois, vers 18, 20 mois, il pourra avoir en jargonnant des colères violentes. Elles ont toujours une signification : la difficulté à exprimer ce qu’il a envie de dire et à se faire comprendre peut en être la cause. À cet âge, il existe une importante différence entre ce qu’il est capable de comprendre et ce qu’il est capable d’exprimer.

Le mot habituel des parents pour les enfants s’exprimant peu est « il comprend tout ». Et c’est vrai. Mais les capacités d’expression sont limitées, au moins de façon verbale, car en général bébé sait très bien « se faire comprendre » pour ce qu’il désire.

Son langage vers 15, 18 mois, prend une autre signification. C’est la période du « mot-phrase ». Chacun des mots, avant qu’il sache les associer de manière à réaliser une phrase complète, se charge d’un sens compliqué indiquant une action, un désir, une demande. « Bonbon », adressé à sa mère avec une intonation particulière, signifie « maman, donne-moi le bonbon que tu as ».

premiers mots de bébé

Possédant 15, 20 mots à dix-huit mois, bébé en aura 50 ou 60 à 2 ans et, durant cette période, il va commencer à associer deux ou trois mots ayant le sens d’une phrase complète : « papa parti », « vais à l’eau ». Il ne parle pas encore à la première personne mais à la troisième, en disant « bébé » ou son prénom, ou « il ». Son langage va peu à peu s’enrichir, mais, encore une fois, de façon très variable selon chaque enfant.

Certes, plus vous parlerez à votre bébé, plus il sera dans un « bain de langage », plus sa capacité intellectuelle se développera. Mais on connaît nombre d’enfants, qui vivent uniquement en compagnie d’adultes, pour lesquels un développement ultra-précoce du langage n’a pas constitué un symptôme de bon équilibre caractériel et affectif.

On peut donner comme conseil, sans grand risque de se tromper, de ne pas parler bébé, mais de ne pas non plus avoir avec les petits enfants un langage trop compliqué ni trop aiguisé, qui peut être mémorisé sans grande signification et leur donner une façon d’être et de s’exprimer tout artificielle.