Vous êtes ici : Fées des bébés » Arrivée de bébé » Allaitement » Comment se passe une tétée ?

Comment se passe une tétée ?

Dès qu’il a inhalé l’air extérieur, le premier acte important du bébé est de téter. Peu après la naissance, il dispose du premier lait, le précieux colostrum, un liquide jaunâtre riche en protéines et en anticorps qui protégeront le nouveau-né contre les infections. Cette protection durera trois mois, période durant laquelle le bébé va renforcer ses défenses.

Après trois jours, les seins de la mère commencent à sécréter le vrai lait, celui qui nourrira et soutiendra l’enfant dans les mois à venir. Ce lait est deux fois plus riche en graisse et en sucre que le colostrum; c’est une nourriture complète qui permet au nouveau-né de grandir rapidement. Les gestes de la tétée, qui donnent accès à ce lait vital, ne sont pas entièrement nouveaux pour le bébé. Des observations attentives, à l’aide de la technologie moderne, ont révélé qu’ils s’accomplissent souvent dans le ventre de la mère. Au cours des semaines qui précèdent la naissance, on a pu voir des fœtus sucer leurs mains.

Comment se déroule une tétée ?

Parfois, ils y mettent tellement d’intensité qu’ils se font des « suçons » sur le dessus des mains. Manifestement, le bébé est programmé pour effectuer, à un stade précoce, l’acte de succion, essentiel à sa survie. Quel est exactement cet acte? Nous disons « téter ».

maman qui allaite bébé

Le geste implique-t-il une succion comparable à celle que l’adulte effectue lorsqu’il boit à la paille? L’observation attentive de la bouche d’un bébé prenant le sein fait apparaître qu’il presse plus qu’il ne suce. Il n’aspire pas le mamelon, car seul le bout du sein donne le lait. La bouche du bébé se referme sur l’aréole, la zone pigmentée autour du mamelon, et il presse à un rythme régulier avec les mâchoires et la langue. La pression fait sortir le lait du mamelon, qui est inséré profondément dans la petite bouche.

Ce mâchonnement, associé à une déglutition vigoureuse, a le même effet que la succion chez l’adulte, et l’absorption du liquide est rapide. Quelquefois, elle va si vite et le sein est si gonflé de lait que le processus d’alimentation devient trop rapide, de sorte que le bébé avale trop de lait et doit en recracher.

Comment stimuler bébé pour la tétée ?

La mère anxieuse et inexpérimentée se montre quelquefois maladroite pour donner le sein à son enfant. Elle essaie d’introduire de force le mamelon dans la bouche du bébé sans préliminaires et se trouve surprise quand il le repousse. En fait, elle a négligé la première étape, qui consiste à encourager l’enfant à rechercher le sein. Cet acte est déclenché par le mamelon, le sein, ou simplement un doigt qui effleure doucement la joue de l’enfant. À ce contact, il aura le réflexe de tourner la tête vers l’objet qui est à l’origine du stimulus et de tendre les lèvres.

Si la mère prend soin d’effectuer ce geste avant de présenter le sein à son enfant, le bébé sera, pour ainsi dire, prêt à se nourrir, et prendra immédiatement le mamelon dans sa bouche. Généralement, le nouveau-né ferme les yeux dès qu’il se met à téter, supprimant ainsi toute distraction visuelle pour s’immerger totalement dans les plaisirs tactiles et gustatifs de la tétée.

C’est comme si, à cet âge-là, il était incapable de se concentrer sur deux choses à la fois. À 3 mois, le bébé regarde plus souvent, mais il n’y parvient qu’en tétant par à-coups et en fixant sa mère par intermittence. Plus tard, il peut s’alimenter et regarder en même temps. Durant ces moments-là, et à des stades ultérieurs de la tétée, le lien entre la mère et l’enfant se renforce par cet échange visuel rapproché au cours de l’allaitement.

Pourquoi bébé se tord dans tous les sens pendant la tétée ?

Certaines mères aux seins très lourds et très gonflés remarquent que leur bébé semble se « battre avec le sein », selon l’expression consacrée. Il a l’air de refuser de se nourrir, alors qu’en réalité il lutte pour avoir de l’air. Il désire téter, mais, une fois la bouche refermée autour du mamelon, il ne peut plus respirer, car son nez est obturé par la rondeur du sein maternel.

tétée bébéLa mère doit donc veiller à la position de la tête de l’enfant par rapport à sa poitrine pour lui permettre de respirer correctement. Cette gêne occasionnée par un sein gorgé de lait est surprenante, surtout lorsqu’on voit comment la tétine des biberons est conçue. Le bébé nourri au lait artificiel ne tète pas un biberon ayant la forme d’un sein. Au contraire, on lui donne une tétine beaucoup plus longue, amincie, d’une forme qu’on a rarement vue chez une femme. Ces « mamelles » allongées sont beaucoup plus faciles à saisir que les vraies. Alors, si cette forme est mieux adaptée, pourquoi l’évolution n’a-t-elle pas doté la femme de ces « super mamelles »? Les singes femelles possèdent des mamelles allongées de ce type.

Il semble que la poitrine de la femme ait deux fonctions. L’une consiste à sécréter du lait et à le prodiguer; l’autre consiste en l’attrait sexuel qu’elle exerce.

Le sein est composé de tissus adipeux et de tissus glandulaires. Le tissu adipeux lui donne sa forme arrondie; le tissu glandulaire produit le lait. S’il n’y avait que le tissu glandulaire, la femme aurait la poitrine plate quand elle n’a pas de nourrissons. Tel est le cas des singes femelles. Leurs mamelles ne se gonflent que lorsqu’elles sont pleines de lait, alors que les femmes ont les seins gonflés dès la fin de l’adolescence et jusqu’à la vieillesse, même si elles n’ont jamais d’enfants. Durant la vie d’adulte, la forme arrondie du sein est un signe indiquant le sexe de la personne.

C’est en raison de cette fonction sexuelle que le sein n’est pas parfaitement adapté à l’allaitement. Sa forme hémisphérique empêche le mamelon de s’enfoncer aisément dans la bouche du nourrisson, et d’entrer en contact avec le palais. En voulant absolument y arriver, l’enfant presse si fort son visage contre la forme arrondie du sein qu’il se met à suffoquer.

La mère expérimentée résoudra le problème en comprimant légèrement son sein avec un doigt pour ménager un espace permettant à son enfant affamé de téter et de respirer tranquillement. Le fait que ce geste soit nécessaire souligne la double fonction de la poitrine de la femme.